Communauté de Communes du Pays Noyonnais

AccueilRestez informésActualitésLe pont de décharge hydraulique de la rivière Oise : la solidarité intercommunale à l’œuvre

Le pont de décharge hydraulique de la rivière Oise : la solidarité intercommunale à l’œuvre

Publié le 1er septembre 2017
JPEG - 2.4 Mo

Aux origines…

Depuis plusieurs décennies, le territoire noyonnais est exposé à des crues de la rivière Oise. Les crues survenues en 1993, en 1995, en 2001, en 2003 et en 2011 ont eu des conséquences économiques importantes et ont incité les institutions à mener des études afin de déterminer les zones les plus sensibles pour prévenir et limiter les risques, tout en définissant les causes. Il ressort de ces études des dysfonctionnements tels que le mauvais entretien de l’aqueduc de Pont-l’Évêque appelé communément le « siphon », des surélévations perturbant l’écoulement naturel des eaux suite à la création de voiries, la réalisation d’ouvrages sous dimensionnés. Face à ce constat, un programme de travaux à effectuer a été élaboré pour limiter les effets des crues sur divers secteurs du territoire. Les études et simulations réalisées ont permis de démontrer que la création d’un ouvrage de décharge sous la RD 934 permettrait de faciliter l’écoulement de la rivière Oise en période de crue.

En 1976, la Direction départementale de l’équipement décide de surélever la RD 934 afin de pouvoir assurer la continuité des transports scolaires lors des crues. Seulement, cette surélévation a eu pour conséquence de réduire la zone d’expansion de crue.

Sur le territoire noyonnais, trois communes sont directement concernées par ce risque d’inondation : Brétigny, Pontoise-les-Noyon et Varesnes. Cette dernière étant la plus exposée. Face à ce problème récurrent, la municipalité de Varesnes a décidé en 2001 d’ériger une digue pour protéger les habitations. Cette construction non légale fut détruite sous l’ordre des autorités de l’État, qui ont fait procéder à l’arasement de l’ouvrage.

La réalisation du projet

Malgré l’utilité reconnue de ce projet d’infrastructure, aucune institution ne souhaitait porter le projet : les communes, pour des raisons financières, le Département et la Région pour des raisons de compétences. Face à ce blocage, le Président de la CCPN a proposé en 2015 aux délégués communautaires, d’assurer la maîtrise d’œuvre et ainsi d’effectuer le portage du projet évalué environ à un million d’euros. Cette proposition faisait suite à plusieurs échanges avec les anciennes majorités des partenaires (Département et Région) en 2014 pour amorcer le projet. Cette décision adoptée à l’unanimité au Conseil communautaire, fut prise sur l’accord d’un financement à 50% par le Département, 30% par la CCPN, 12% par la Région et 8% par l’Entente Oise Aisne.

Le projet se traduit alors par la réalisation d’un pont de décharge de 50 mètres sur la RD934 à l’entrée de Pontoise-les-Noyon afin de faciliter l’écoulement des eaux lors des crues de l’Oise. Il engendrera une baisse notable des crues à Varesnes, Pontoise-les-Noyon et en amont à Brétigny.

JPEG - 3.5 Mo

Le début d’une solution qui en appelle d’autres

Ce pont de décharge n’est pas la seule réponse à apporter dans la lutte contre les inondations, elle ne marque qu’une première étape. En effet, il est absolument nécessaire de mettre en place un programme de développement des protections individuelles au plus près des habitations menacées, notamment par la création de diguettes. Comme cela va être prochainement réalisé dans le quartier Saint Blaise de Noyon. Il s’agit d’installation de murs en béton recouverts de merlons végétalisés afin d’éviter la pénétration des eaux dans les parcelles.

 Haut de page